Version 1.2~Eternal Youth {Pour public averti°}
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Maria Mornest

Aller en bas 
AuteurMessage
Maria Mornest

avatar

Nombre de messages : 58
Age : 26
Localisation : La plupart du temps à la taverne^^
Citation : Serveuse
Métier : 15/20
Date d'inscription : 01/08/2007

Feuille de personnage
État: Vampire
Alignement: Bien
Lieu de résidence permanent:

MessageSujet: Maria Mornest   Jeu 2 Aoû - 18:47

Nom:
Mornest

Prénom:
Maria

Âge :
17 ans

Surnom:
Mari et pour le reste, à vous d’y voir^^

Métier:
Serveuse

Description physique: Depuis son enfance, ses cheveux longs ont commencé à devenir de plus en plus blancs. Personne ne sait exactement pourquoi, mais il semble que seul Dieu le sait. Quelque fois, les gens avaient peur qu’elle soit quelque chose d’autre un humain. Dut à sa peau pâle, les doutes ne faisaient que monter. Douce et froide, on avait presque l’impression que sa peau était de la porcelaine. Pour ce qui est des yeux, on pourrait presque dire que se sont des émeraudes purs qui accompagnent ses multitudes bijoux qu’elle a collectionnés au fil des années. Pour ne pas aider à la baisse de rumeur, la jeune femme porte toujours ou presque que des vêtements noirs, des canines pointues naturellement et des oreilles pointues qui ne sont pas ne naissance. Niveau grandeur, elle arriverait à la clavicule d’un adulte de taille moyenne. Sinon, elle est d’un poids très léger : 60 livres.

Description morale: Sans fausse modestie, Maria est l’une des personnes qu’on voudrait pour fille ou femme. Dommage pour certain qui souhaiterait l’avoir, le tavernier est bien décidé à garder sa serveuse préférée, qui est sa propre fille. Toujours prête à aider les gens, il n’y a que d’égal son cœur d’or. Il y a même des fois où elle s’en sort avec justesse des situations embarrassantes. Contrairement à la femme aristocrate, les taches ménagères et les services de toutes sortes ne lui dérangent même pas. Elle pourrait même se salir juste pour aider des gens à faire un boulot. Malheureusement, puisqu’elle aide beaucoup son père à la taverne en tant que serveuse, il est très rare qu’elle passe la plupart de son temps à l’entraide. D’une générosité incroyable, seul le mot charitable est inscrit dans son âme. Il est même arrivé une fois où elle a aidé une personne qui est devenu aristocrate. Malchance, il a oublié le nom de la petite et l’endroit où il l’avait rencontrée. À l’intérieur de ce petit cœur d’ange se cache une guerrière qui n’a envie que de dire : ‘Que la justice soit faite !’ Il lui arrive même parfois d’être fougueuse face à des injustices qui ne sont même pas remarqué par le publique. Maria trouve ça même ignoble d’ignorer des faits qui devraient être arrêtés le plus vite possible. Un jour, son impulsion pourrait lui coûter la vie, mais cette jeune femme préfère risquer sa vie plutôt que de laisser ces lâches faire du mal autour d’eux.
Bien qu’elle soit un ange, la jeune femme ne manque jamais une occasion pour s’amuser en fêtant avec les gens de la taverne, sauf quand c’est vraiment oser. Sinon, elle est toujours curieuse de découvrir de nouvelle chose et de nouvelle expérience.

Histoire:
En plein milieux de la nuit, exactement à minuit, Maria naquit dans l’intermédiaire du temps en laissant une morte derrière elle. À peine avait-elle mis au monde sa fille que la mère mourut. Le père, qui ne savait absolument rien de comment prendre soin d’eux commençait sérieusement à douter s’il devait la garder ou pas. En plus, il commençait à boire dut à la perte de sa femme. La seule et unique personne qui lui avait ouvert son cœur de pierre. C’est alors qu’il alla à l’église et demanda conseil au prêtre. Ce dernier lui dit qu’il serait mieux qu’une des sœurs du couvent vienne rendre visite à tous les jours chez lui. Bien que l’idée fut la meilleure solution, le tavernier n’aimait pas tellement le fait qu’elle devait rentrer chez eux comme si elle était une habituée.

Pendant un an, sœur Marie-Madelaine venait tous les jours pour prendre soin de la petite et montrer au veuf comment le faire soi-même. Quand ce fut le temps pour cette dernière de partir, le père commençait à douter de ses capacités d’élever sa fille par lui-même. Du moins, l’élever comme une fille et non un garçon. Était-ce pareil ? Y avait-il des choses différentes à par l’anatomie et leur rôle dans la société ? Qui sait. Au moins, il n’abandonnerait pas sa fille comme le faisait certain veuf avec leurs enfants.

Pendant plus de cinq ans, le père eu bien de la misère à l’élever. Parfois, il arrivait qu’elle s’en aille pendant ses heures de travail et que la petite se balade dehors, dans le danger de se faire voler, violer ou même tuer. À chaque fois que le tavernier allait à sa recherche, il ouvrait la porte en trouvant sur le seuil la petite qui le regardait avec de beaux yeux globuleux remplis de tendresse et de curiosité. À partir d’un certain temps, il croyait que Maria avait une bonne étoile qui prenait toujours soin d’elle dans les moments où lui-même ne pouvait le faire. Il n’avait qu’à ouvrir la porte qu’elle était soit sur le seuil ou presque. Sinon, la jeune fille restait à la maison. Un jour, alors qu’il ne s’y attendait pas, Maria arriva dans la taverne et alla en arrière du comptoir pour lui demander une histoire avant d’aller dormir. Surprit, il lui promit si elle allait immédiatement au lit. C’est alors qu’un bruit lui tira l’attention de son père vers un coin de l’endroit. Deux hommes étaient en train de se disputer et de se battre. Le père lui pria de rester là et de ne laisser personne d’autre la toucher. Après ce, il s’en alla voir les deux hommes pour les séparer en les menaçant qu’il allait les jeter dehors, sauf s’ils se calmaient immédiatement. Dans cette taverne, il ne tolérait pas l’injustice.
Après le travail, il borda sa fille. Alors qu’il allait sortir, la petite se redressa de son lit et lui demanda.

-Papa ? C’est quoi ‘injustice’ ?

-Tu es trop jeune pour connaître ce mot.

-Mais papa ! Je veux savoir et devenir aussi fort que toi !

-Très bien, mais dodo après.

Toute contente, Maria s’emmitoufla dans le lit pendant que l’homme de la maison s’approchait du lit pour lui expliquer ce qu’était le mot injustice et des exemples de ce mot. Après ce, il lui donna un baiser sur le front et alla faire quelque petite chose avant d’aller lui aussi dormir.

Maintenant rendu à la période de la puberté, certaine chose se compliqua. En premier, la jeune adolescente commençait ses premières expériences de règle, le développement de ses seins, le début des courbes et plein d’autre chose qui pourrait attirer l’œil des hommes. Malgré tout ces désavantages, il y en avait bien deux choses qui le troublaient. De un, ses sens sexuels et son intelligence à comprendre les choses de la vie. C’est alors qu’un jour, elle lui demanda de faire d’elle l’une des serveuses de sa taverne. Bien sûr, il refusa, mais n’eu d’autre choix d’accepter après mainte argumentation et de regard suppliant. C’est à partir de ce moment que Maria fut dans la troupe du personnel. Bien qu’elle attira beaucoup de client, le père ne quittait jamais les gestes et faits des gens se trouvant à la proximité de sa fille unique. Il arrivait des fois ou ceux-ci la touchait, mais il se faisait sortir et bannir de la taverne assez vite que le tonnerre.

Un soir, il manqua de plante pour une boisson que son père préparait spécialement pour un ami de longue date. Puisqu’il était certain qu’il n’allait rien ne lui arriver, le père envoya sa fille en chercher dans leur jardin personnel à leur maison. La cape sur les épaules, la jeune adolescente s’engagea dans les rues faiblement éclairées par la pleine lune. Alors qu’elle ne s’y en attendait point, un homme surgit de nulle part et l’apporta dans l’une des ruelles de la ville. Ne pouvant se retrouver, il était impossible de s’enfuir, mais elle n’allait tout de même pas se faire faire du mal par cet inconnu. En un lancer, elle envoya de la terre dans les yeux de l’agresseur et ne perdit aucune seconde pour prendre la fuite. Même si elle se perdait dans ce labyrinthe, la chance de ne pas être capturé de nouveau allait peut-être lui sourire. C’est alors qu’elle heurta un homme de bonne carrure et tomba sur le sol. Maria pensait que c’était encore cet homme, mais une voix tendre et chaleureuse se fit entendre de la silhouette sombre.

-Vous allez bien, mademoiselle ? Je ne vous ai pas fait mal au moins.

-Non, mais il y a quelqu’un qui n’arrête pas de me suivre.

La forme noir comme nuit s’avança vers elle et se mit à genou, question d’être à sa hauteur et mit une main sur la joue de Maria. Il lui promit que rien ne lui arrivera tant qu’il sera là. Dans les quelques rayons de lune, les traits du jeune homme apparut. N’ayant jamais un garçon aussi beau, la jeune adolescente se demandait si ce n’était pas un rêve et non la réalité. Les promesses de mort qu’ils entendaient laissaient au vampire la certitude que la petite avait bien raison. En lui priant de ne pas bouger, il s’engagea dans les ruelles à la recherche de l’homme qui osait faire du mal à une aussi délicieuse jeune fille. D’une nature curieuse, elle suivit silencieusement le garçon et eu un choque de le voir penché sur un corps inerte et baignant presque dans une marre de sang. Surprit et triste qu’elle l’aille vu, il bougea de manière à ce qu’il fasse croire à la mademoiselle qu’il avait disparu. Tellement désolée de l’avoir fait peur, Maria partie à sa poursuite même si elle ne savait pas la destination du charmant jeune homme. C’est alors qu’elle aboutit dans un cimetière. C’est alors qu’elle le vit assit sur une pierre tombale, la tête entre ses mains. D’un pas lent et sécuritaire, la fille marcha jusqu’à lui et se mit à genou devant lui, lui prit les mains entre les sienne et le regarda dans les yeux gris acier du jeune homme. C’était sûr, il était surprit mais touché de la voir là. Elle avait donc fait tout ce chemin pour le voir ? D’un mouvement lent, il alla chercher un baiser sur les douces et délicates lèvres de la jeune serveuse. Emporter par leurs pulsions, ils continuèrent de s’embrasser et le vampire descendit ses baisers au niveau de la gorge. Ce fut à ce moment là qu’il sentit d’autre pulsion et qu’il ouvrit la bouche pour mordre. À peine avait-il posé la pointe sur le bord de la chair tendre et chaude de la jeune adolescente qu’il se fit tirer par en arrière. Le père de la jeune fille avait eu raison de s’inquiéter de la longue absence.
Alors qu’il allait frapper le vampire, Maria lui prit le bras du mieux qu’elle pouvait et cria à son père d’arrêter. Tiré de sa colère, il regarda sa fille et le reporta sur le sol, mais le jeune homme n’y était plus et ni dans les environs.

-Je voudrais une explication jeune fille.

-On peut attendre à ce soir, papa ?

-Oui, mais qu’as-tu au cou ? Et tes oreilles ?! Elles sont pointues ! Qu’est-ce qu’il t’a fait ? Demanda-t-il inquiet.

-Mes…oreilles ?

De ses fins doigts, elle constata qu’elles étaient effectivement rendu légèrement pointues. À partir de ce jour-là, elle cacha toujours ses oreilles et ne fit plus jamais de couette ou de tresse serrée. Ce qui attristait la jeune femme n’était pas de faire attention à sa sécurité, mais l’absence de son bel amour. Avait-il eu peur de son père ? Avait-il eu peur de son changement ? Était-il parti en quête d’une autre femme ? Maintenant en âge de bientôt se marier, son souhait de le revoir est plus fort que maintenant. En plus, pour prouver que c’est bel et bien elle, Maria portait toujours la cicatrice des deux petites graffignes dans son cou.

-Je vous en prie, Seigneur, écoutez ma prière. Mon cœur ne m’a jamais fait aussi mal depuis toujours. J’aimerais tellement le revoir un jour pour lui demander quelque chose, que je n’ai pas pu lui demander avant l’arriver de mon père, l’autre fois. Si vous m’entendez, donnez-moi une chance pour la lui poser, s’il vous plait. Au nom du père, du fils et du saint esprit. Amen.

Cœur: Un vampire qu’elle croit disparu. Sinon, elle est libre.

Orientation: Hétérosexuelle

Autre : Elle a deux cicatrices en dessous un gros collier de tissus qu’elle enlève seulement pour dormir. Elle possède une dague dans une botte et une autre dans un étui attaché avec un tissus au niveau de la cuisse. Pour finir, elle a appris à se battre et à se défendre grâce à son père d’amour^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lestat de Lioncourt
Admin
avatar

Nombre de messages : 314
Age : 25
Citation : "Le mal n'est qu'un point de vue. Dieu tue à l'aveuglette, et nous ferons de même."
Métier : Aristocrate
Date d'inscription : 30/07/2007

Feuille de personnage
État: Vampire
Alignement: Mal
Lieu de résidence permanent: Nouvelle-Orléan

MessageSujet: Re: Maria Mornest   Lun 6 Aoû - 14:27


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vampyre.hightoxic.com
 
Maria Mornest
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maria Vs Vickie Guerrero
» Maria Kokoe { Vampire }
» Maria Chapdelaine.
» Maria Vs Brie Bella
» -Bébé Maria-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Présentations-
Sauter vers: